Livres

Regard n°3 : De la Migration à la Diaspora

LOGO MD NOUVEAU-138pxCe 3° numéro de Regards restitue le travail de capitalisation mené sur « le rôle des migrants dans le développement des territoires », thème qui se situe au cœur de l’identité de l’association Migrations & Développement (M&D). Accompagnée par Odile Balizet, cette capitalisation a mis en évidence des mutations profondes dans l’environnement de l’association, tant sur les territoires que dans la diaspora.

 Au niveau des territoires, on assiste à l’émergence de multiples acteurs aux capacités accrues (Communes et leurs élus, coopératives, associations de développement, administrations décentralisées…). Cette émergence fait apparaître le migrant comme un acteur parmi d’autres, alors qu’il avait un poids majeur dans les premiers moments de l’association, dans les années 80 et 90. Au niveau de la diaspora, les mutations ne sont pas moindres. Les migrants et issus de migrants (2°, 3° générations) ont modifié leur rapport au pays d’origine (des parents le plus souvent) : ils se sont dégagés des injonctions communautaires, ils ont un niveau de formation plus élevé, la composante féminine est plus importante, ils sont plus individualistes. Ils restent attachés au pays par fidélité à leur identité d’origine, mais dans un jeu d’identités multiples. Leur engagement se modifie : les pratiques de solidarité internationale changent avec cette ‘diaspora connectée’.

Par ailleurs, la capitalisation a fait apparaître, dans la pratique de M&D, une certaine dispersion et surcharge de travail de l’équipe opérationnelle, qui intervient sur un terrain de plus de 550 km de rayon, ce qui entraîne une difficulté dans le suivi des actions, donc des acteurs.

Lire Regards 3

[Version papier: 8€ + frais de port / pour commander: http://www.migdev.org/contact/]

Regards n°2 : Eau potable et Assainissement dans l'Atlas marocain

Regard N°2Il existe de très nombreux ouvrages portant sur la question de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, qu’il s’agisse des aspects sanitaires, sociaux, techniques ou économiques du sujet. L’objet du présent fascicule n’est nullement de les couvrir tous, il y faudrait toute une bibliothèque. Nous nous sommes donc fixé un objectif beaucoup plus modeste : celui de relater l’expérience pratique acquise par l’association Migrations & Développement (M&D 1 ) ces dernières années. Une expérience qui couvre un domaine précis et sur lequel M&D peut apporter une contribution utile.
Les collectivités concernées sont des villages (douars) de montagne de la région du Souss-Massa-Drâa où M&D est intervenu à la demande de villageois, d’émigrés ou de leurs associations. Dans le domaine de l’eau potable les projets portaient sur la réalisation de réseaux permettant à chaque foyer de disposer d’au moins un robinet à domicile. Pour l’assainissement il s’agissait de réseaux gravitaires aboutissant à une station d’épuration.
Lire [Regards 2: Eau Potable et Assainissement]

[Version papier: 8€ + frais de port / pour commander: http://www.migdev.org/contact/]

Regards n°1 : Investissement Productif des MRE et Développement des Territoires

LOGO MD NOUVEAU-138px

Ce numéro 1 de la collection « Regards sur les migrations et le développement » est tiré des réflexions de l’association Migrations & Développement (M&D) et des travaux du séminaire : « Investissement productif des Marocains Résidents à l’Etranger et Développement des Territoires » tenu à Marseille les 19 et 20 avril 2013, organisé par M&D et en collaboration avec le FORIM (Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations) et avec le soutien du Ministère des Affaires Etrangères (France), du Ministère chargé de la Communauté Marocaine Résident à l’Etranger (Maroc), de l’ Agence Française de Développement (AFD) et de la Banque Africaine de Développement (BAfD), ce séminaire a réuni l’ensemble des acteurs, du Maroc et de France, privés et publics, qui interviennent pour soutenir l’investissement des migrants marocains dans leur pays d’origine.

Lire REGARDS-INVESTISSEMENT PRODUCTIF DES MRE

[Version papier: 8€ + frais de port / pour commander: http://www.migdev.org/contact/]

 

Jamal, un migrant acteur de développement : La revanche du territoire

Yves Bourron

Livre-Jamal (1)Fils de cultivateur, Jamal est né dans le Souss marocain. Embauché à l’Argentière (Hautes-Alpes), dans une entreprise d’aluminium, il se révolte contre les conditions faites aux travailleurs immigrés. Quand l’usine ferme, en 1986, il fonde Migrations & Développement (M&D). Constituée au départ de migrants, l’association lance des multiples projets, dans les villages les plus reculés du sud du Maroc : électrification, accès à l’eau, assainissement, école, échange de jeunes… Au début des années 2000, élargissant encore ses activités, M&D met en valeur les ressources économiques du territoire (safran, huile d’argan, tourisme solidaire) et s’engage dans la formation des acteurs locaux (élus, coopérateurs, jeunes migrants…). Ces multiples actions s’appuient sur des Associations Villageoises, instances démocratiques. Et, avec Jamal ce combattant, c’est tout un territoire qui s’organise, résiste et prend sa revanche face au double pouvoir de la tradition et de l’administration, souvent peu sensibles aux initiatives du terrain. Au fil des années, Jamal est devenu un acteur majeur du codéveloppement, tant au Maroc qu’en France, et M&D un modèle, suffisamment reconnu pour que des recherches soient conduites sur l’ONG par des universitaires en France et ailleurs dans le monde.

Acheter le livre

Marocains de l'autre rive

Zakya Daoud

En 1987, Jamal entreprend l’électrification de son village d’Imgoun. Un mouvement est né. 17 ans après, son association, Migrations et Développement, peut dresser un bilan impressionnant : elle a réalisé une centaine d’électrifications de villages, 32 ouvrages hydrauliques, construit des pistes et des routes, des dispensaires et des écoles, et, surtout, a supporté 250 associations villageoises qui gèrent ces installations et impliquent environ 100 000 personnes. La physionomie de la province de Taroudannt en a été durablement modifiée. Défié, l’Etat marocain, s’est lui aussi investi dans le développement rural. D’ici et de là-bas, partagés entre les deux rives, les immigrés sont devenus grâce à M & D des agents de développement durable et ont lancé le mouvement de la démocratie participative, ce qui leur a donné force et confiance en eux-mêmes, et leur permet aujourd’hui d’envisager l’alternative d’un retour éventuel ou d’une insertion dans le pays d’accueil, les rendant enfin maîtres de leur destin. En 1997, un premier ouvrage paru à l’Atelier, Les Marocains des deux rives, avait raconté la naissance de Migrations et Développement. L’ouvrage actuel en est le prolongement.

Acheter le livre

Marocains des deux rives

Zakya Daoud

En affichant l’objectif d’une immigration zéro, la France et l’Europe s’efforcent de construire des forteresses prétendument inviolables pour faire face aux flux migratoires. Y-a-t-il une alternative à cette option ? En quelques années, des immigrés marocains vivant en France ont inventé un mode de relation avec leur pays d’origine qui favorise le développement de leur région natale. En racontant l’aventure de leur association, Migrations et Développement, Zakya Daoud emmène le lecteur dans les régions montagneuses de l’Anti-Atlas marocain. Grâce à l’épargne des immigrés, à l’aide des Européens et à la créativité des habitants, des villages s’électrifient, des dispensaires et des bibliothèques se construisent, des barrages s’édifient permettant l’irrigation de terres épuisées par la sécheresse. L’espoir renaît dans ces régions oubliées. Dépassant la déchirure toujours vive de l’exil et la question lancinante du retour au pays, ces Marocains des deux rives de la Méditerranée s’inventent une autre manière de vivre l’immigration et jettent un pont fraternel entre deux continents.

Acheter le livre

Gibraltar Improbable frontière

Livre Gibraltar improbable frontièreDans son premier Gibraltar (Gibraltar croisée de mondes, Séguier, 2002), Zakya Daoud avait entame un étonnant voyage au travers des siècles, des continents, des cultures et des mythes : le légendaire Hercule y côtoyait le Phénicien Hannon chercheur d’or, Tarik franchissait le détroit et installait le monde arabo-musulman pour sept siècles sur la péninsule Ibérique, monde qui allait briller de mille feux et illuminer l’Europe jusqu’au Septentrion, sans oublier l’inlassable activité des Portugais, ni les rages de la Reconquista catholique. Puis, ce fut 1492, date doublement symbolique ; c’est a la fois la chute de Boabdil, dernier roi de Grenade, ultime baston arabo-musulman présent en terre chrétienne et l’envol de Colomb vers les „ terra incognita – de 1’Ouest lointain ; les lignes de force s’inversent et c’est la que commence le deuxième Gibraltar, celui-ci : Gibraltar improbable frontière. De Colomb aux clandestine.

C’est le Nouveau Monde qui s’annonce, plein Ouest, plein Nord, c’est l’Ancien Monde qui s’écroule jusque dans les corps des clandestine, brûleurs de frontières, qui viennent s’échouer sur les rivages Nord mondialises du détroit, maintenant recouverts de barbelés, d’antennes de détection électroniques et parcourus par des gardes armes. Le détroit bat maintenant comme un véritable cÅ“ur malade : inspirations, expulsions, irréguliers et anarchiques, du Sud vers le Nord, du Nord vers le Sud. Les vents tournent, ce sont ceux du Nord-Ouest qui dominent, qui balaient tout, indifférents aux hommes, aux times et aux mythes, seulement préoccupes par les grands intérêts économico-politico-guerriers qui s’affrontent, quelquefois aussi saisis par l’incurable nostalgie de 1’Ancien Monde évanoui.

Zakya Daoud, journaliste, ancien rédacteur en chef de la revue marocaine Lamalif, est l’auteur d’Abdelkrim, une épopée d’or et de sang (Séguier, 1999), et de Gibraltar croisée de mondes, Seguier, 2002.

Prix : 20 euros

Gibraltar croisée de mondes

gibraltar-croiseedesmondes

Gibraltar croisée des mondes

Dans le détroit de Gibraltar les siècles se chevauchent, les évène­ments se heurtent, l’histoire se répète. Cette improbable frontière entre l’Europe et l’Afrique est un des points les plus signifiants de la planète par la charge mythique que les peuples lui ont dévolue, par le poids de l’histoire qui la hante. Les mythologies vivent ici, intactes dans ce repli immémorial que rien n’atteint, et surtout pas le temps qui s’efface.

Dans le vent qui balaie le détroit, les Ames mortes s’interpellent celles des dieux et des héros, celles des guerriers et des marchands, des savants et des aventuriers qui font inlassablement parcouru, celles aussi des immigres qui, aujourd’hui, mettent leur vie en péril pour atteindre coûte que coûte la forteresse Europe.

Point névralgique de liaison et de confrontation entre le Nord et le Sud, 1’Est et 1’Ouest, entre l’Islam et l’Occident, entre le Maghreb et l’Europe, le détroit de Gibraltar condense toutes les tensions qui par­courent depuis toujours le monde méditerranéen. Lieu de tous les fantasmes, de tous les espoirs perdus, de tous les rêves, le détroit revit dans le livre de Zakya Daoud tous les mou­vements de l’Histoire qui s’y sont précipites depuis la séparation mythique des deux continents par le légendaire Hercule et le pas­sage des Phéniciens et des Carthaginois a la recherche de l’or afri­cain jusqu’aux événements les plus contemporains. Livre d’histoire, livre d’actualité, Gibraltar croisée de mondes est aussi un livre politique. Il évoque le passe, dans ses différents aspects, pour mieux s’ouvrir au présent et a 1’avenir.

Zakya Daoud, journaliste, ancien redacteur en chef de la revue maro­caine Lamalif, est l auteur deAbdelkrim, une epopee d’or et de sang (Seguier, 1999), et de Gibraltar croisee de mondes, Seguier, 2002.

Prix : 20 euros

Vieillir dans la dignité : les immigrés maghrébins vieillissants du centre ville de Marseille

Sous la direction de Nadia Bentaleb

Vieillir dans la dignitéCe livre comprend les résultats d’une enquête visant à étayer un diagnostic pour la création d’une maison de retraite adaptée aux immigrés dans le 1er arrondissement de Marseille. Il permet des éclairages sur deux questions essentielles : Quelles sont les conditions de vie des migrants retraités en matière de revenus, de logement,de santé ou d’accès aux droits sociaux ? Quelles relations les migrants retraités entretiennent avec leurs pays d’origine ? Les principales réflexion s’inscrivent dans la lignée d’une série d’enquêtes et de travaux de recherche menés récemment sur les les migrants vieillissants. En les recoupant pour l’essentiel, ils contribuent à poser les premiers jalons d’un diagnostic pour la création d’une maison de retraite adaptée aux immigrés dans le 1er arrondissement de Marseille

Editions PubliSud 2007, Collection : L’observatoire des sociétés.

Prix : 10 euros