Actrices essentielles du développement, les Organisations de la Société Civile (OSC) ont une capacité d’influence souvent sous-estimée. A l’échelle locale comme internationale, elles encouragent la mobilisation et la collaboration d’acteurs très divers (Etats, collectivités territoriales, secteur privé, citoyens, etc.) pour un développement plus durable et équitable.

Pour rassembler leurs forces et accroître leur capacité d’influence, certaines OSC choisissent de se mettre en réseau. Cette ambition permet -elle effectivement d’augmenter la portée de leurs actions ? Découvrez ICI une illustration de ce fonctionnement, présentée par l’étude « Les formes d’engagement citoyen au Souss-Massa et leurs mises en réseau à travers trois dynamiques citoyennes ».

Etude terrain réalisée par une équipe du Master Mondes Méditerranéens en Mouvement, de l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, accompagnée par Migrations & Développement et en collaboration avec les membres de la Dynamique Genre et Développement (DGD), de la Dynamique Civique de Suivi et Évaluation des Politiques Publiques (DCSEPP) et de la Coordination Régionale des Jeunes (CRJ).

Un manuel a été élaboré par M&D, pour favoriser la mise en place d’actions concrètes par les Dynamiques : consultable ICIA découvrir également, la synthèse de l’étude (en français) ICI  et les pistes de réflexions issues de l’étude en arabe ICI et en français ICI